La revalorisation du site Westinghouse

Publié le par Elus Verts de Sevran

 

Entre le 23 mars et le 26 avril dernier se déroulait une procédure d'enquête publique dans le cadre de la révision du Plan Local d'Urbanisme (PLU) destinée à permettre la réhabilitation du site Westinghouse.

 

Un grand nombre de Sevranais, particulièrement des habitants du quartier sud, se sont déplacés pour donner leur avis sur l'aménagement de ce site, pollué et laissé à l'abandon depuis de trop nombreuses années.

 

A côté d'habitants qui se sentaient directement concernés, un certain nombre d'associations et de formations politiques ont publiquement appelé à déposer des avis orientés à partir de critères et jugements pas nécessairement très objectifs.

 

Jean Grunenwald, maire adjoint délégué à l'aménagement et au développement durable au sein de notre groupe municipal « Les Verts - Sevran-Écologie », s'est pour sa part fortement investi dans ce dossier, que ce soit dans la conception en collaboration avec les techniciens de la direction de l'urbanisme ou dans le déroulement des réunions publiques qui se sont tenues en direction des habitants et des associations.

 

Il nous apparait utile dans ce contexte de donner à notre tour quelques explications objectives sur ce dossier complexe.

 

Un peu d'histoire: l'héritage d'un passé industriel révolu

 

Les plus anciens s'en souviennent, mais également beaucoup d'habitants des quartiers sud, à qui les entreprises installées sur ce site ont fourni du travail durant des décennies, depuis la société historique Westinghouse à la fin du 19è siècle jusqu'à Sab Wabco à la fin des années 1990.

 

Après avoir donné vie au quartier Freinville pendant plus d'un siècle, ces entreprises ont peu à peu quitté notre ville et, faute de moyens financiers, ces sites, maltraités et pollués par des industries peu soucieuses des contraintes environnementales, sont restées à l'abandon pendant presque 15 ans.

 

Plusieurs projets de réhabilitation se sont succédés, proposant pour la plupart uniquement le redéploiement d'activités économiques et commerciales, mais, du fait d'une pollution importante des terrains puis de la crise économique récente, aucun n'avait pu être mené à bien. La ville, quant à elle, n'avait pas les moyens d'imposer ni dépollution, ni réhabilitation aux propriétaires privés de ces terrains.

 

Alors, quoi de neuf dans les derniers projets ?

 

A la différence des précédentes propositions, le projet actuel, toutefois encore loin d'être finalisé, propose l'aménagement d'un nouveau quartier d'habitation, intégrant des logements, des logements étudiants, des logements pour personnes âgées, des commerces, des équipements pour l’enfance, l’éducation, le sportif et le social. C'est uniquement de cette manière qu'un projet économiquement viable pour des investissements privés pourra voir le jour.

 

Il ne s'agit toutefois pas bien entendu d'un nouveau quartier de logements sociaux comme cela a été fait dans les années 1970. Le projet d'aménagement prévoit la construction d'un quartier mêlant habitations et activités tertiaires et commerciales, dans le respect de cahiers des charges très exigeants en matière environnementale, avec par exemple l'obligation de construire des bâtiments à basse consommation d'énergie. Les règles très strictes définies par le Plan Local d'Urbanisme révisé en seront garantes.

 

 

L'un des grands enjeux du projet: la construction d'une école

 

Comme chacun le sait, la ville de Sevran n'est pas une ville riche et le financement d'une nouvelle école, pourtant si indispensable pour le quartier sud, est une charge difficilement réalisable en l'absence de circonstances exceptionnelles.

 

Et justement, une opportunité exception-nellement favorable nous est offerte à travers ce projet: c'est bien grâce à la vente de ces terrains que la construction d'un nouveau groupe scolaire sur le site de l'ancienne cantine KODAK, permettant de déconges-tionner les écoles Victor Hugo et Lamartine, pourra enfin être envisagée.

 

 

Souvenez-vous de la friche KODAK

 

Alors que les opérations de dépollution de l'ancien site KODAK sont maintenant terminées et que l'aménagement du parc va pouvoir commencer dès le feu vert de la préfecture, personne n'a oublié l'état de ces terrains à notre arrivée en 2001, hautement pollués, restés eux aussi en friche pendant des années, ni l'angoissante incertitude qui pesait sur l'avenir de ce quartier. Mais, grâce à la volonté de l'équipe municipale, nous avons réussi à imposer que la société KODAK, bien embêtée il est vrai par ses démêlées sur son ancien site de Vincennes, prenne enfin ses responsabilités en matière de dépollution.

 

Mais sur le site Westinghouse, il est apparu quasiment impossible de faire appliquer le principe pollueur-payeur, d'ailleurs les terrains SETIMO, qui n'appartenaient pas à Westinghouse ni à Sab Wabco, n'auraient pas pu être pris en compte. C'était donc à la ville, qui avait racheté ces terrains, d'en assumer seule la dépollution, dont le coût s'élève à plusieurs millions d'euros. Le montage financier qui se profile permettra de faire absorber ces coûts par les promoteurs privés qui construiront ce nouveau quartier et de dégager les bénéfices nécessaires à la construction d'une école.

 

Un quartier de qualité à faire revivre

 

Le quartier Freinville dispose de nombreux atouts qu'il est temps de mettre en avant pour le faire revivre. Des logements neufs de qualité, des bâtiments à basse consommation énergétique, à hautes performances environnementales, des commerces innovants, des équipements, des services, autant de nouveaux atouts que nous pouvons y ajouter.

 

Tout cela en entrée de ville et avec un accès facilité par les stations du nouveau tram-train qui communiquent avec les lignes B et E du RER.

 

Tels sont les enjeux des grands projets qui nécessitent la révision du PLU sur ce quartier. Plutôt que de s'enfermer dans des polémiques stériles d'un autre temps, c'est bien de ces enjeux qu'il convient, pour l'avenir de notre ville, de se préoccuper.

 

Un enjeu écologique et démocratique

 

Ce quartier, laissé à l'abandon par toutes les municipalités précédentes, fait depuis longtemps l'objet de toute notre attention. Les réalisations obtenues ou à venir en attestent: la dépollution, l'assainissement, l'accueil de la petite enfance qui s'installe avenue de Livry. Nous continuons aussi de nous battre pour obtenir l'aménagement d'une agence ou au minimum d'un distributeur automatique de billets, malgré la mauvaise volonté des établissements bancaires.

 

Nous souhaitons qu'à l'instar de ce qui a été fait avec le groupe de travail « Sevran, nouveau quartier sud » pour le site Kodak, l'avenir en soit décidé en concertation avec les habitants, dans la plus grande transparence, comme pour le suivi des opérations de dépollution.

 

Avec ses pistes cyclables vers le canal de l'Ourcq et le tram-train (la gare de Rougemont-Chanteloup arrachée de haute lutte par nos élus écologistes), ce quartier peut devenir un quartier pilote en matière de développement durable et un modèle pour le transport multimodal.

 

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article