La dérive droitière et sécuritaire de Sarkozy

Publié le par Elus Verts de Sevran

 

Notre tribune dans le journal municipal d'octobre 2010, à paraître la semaine prochaine.

 

La dérive droitière et sécuritaire de Sarkozy

 

Menacé par les retombées attendues de l'affaire Woerth-Bettencourt et au plus bas dans les sondages, Nicolas Sarkozy a choisi la fuite en avant, ou plutôt vers la droite. Jamais depuis son élection en 2007, ni même lorsqu'il était ministre de l'intérieur, il n'avait mis en œuvre une politique aussi radicalement droitière et sécuritaire.

 

Alors que toutes les statistiques démontrent l'échec de sa politique dans ce domaine, il se défausse de ses responsabilités en favorisant la stigmatisation des Rroms, des gens du voyage, des Français d'origine étrangère et même des maires, qui seraient responsables de l'insécurité dans les villes gérées par la gauche...

 

Sa gestion des Rroms et des gens du voyage nous vaut l'opprobre quasi général de nos partenaires européens et ses propositions sur la déchéance de la nationalité sont même contestées dans son propre camp.

 

Parallèlement, les suppressions de postes s'amplifient dans la police et la gendarmerie, tandis que Sevran attend toujours le déploiement d'une UTEQ (Unité territoriale de quartier) promise il y a plusieurs années déjà et la création d'un commissariat de plein exercice.

 

Illustration de cette dérive sécuritaire, la loi Loppsi 2, en cours d’examen par les sénateurs. Véritable florilège de l’hystérie sécuritaire sarkozienne, cette loi est un fourre-tout dans lequel s’enchevêtrent mesures promises au gré des emballements médiatiques, modifications législatives inutilement répressives et dispositions liberticides. Au point que la commission des lois du Sénat vient de rejeter les amendements du gouvernement sur les peines planchers et les mineurs notamment. Un partie de la droite elle-même refuse de participer au délire élyséen. Elargissement de l’usage des fichiers, couvre-feu pour les moins de 13 ans, contrat de responsabilité parentale...

 

Alors que l’actualité est dominée par les mobilisations contre la réforme des retraites, casse sociale d’un côté et renforcement de l’arsenal sécuritaire contre les précaires de l’autre sont plus que jamais les deux piliers de la politique inégalitaire du gouvernement.

 

Les élus du groupe « Sevran-Écologie - Les Verts - Europe Écologie »

 

Jean-François Baillon, Tân Tran, Jean Grunenwald, Nicole Valeanu, Pierre-Marie Coiteux, Gisela Chauvet, Daniel Chatelus, Martine Pearron, Maela Laurent, Mathieu Gramfort

 


Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article