Copenhague : colère, déception, consternation

Publié le par Elus Verts de Sevran

climat.jpg

Copenhague : colère, déception, consternation


On ne peut être qu'en colère, déçus et consternés parce que c'était possible de faire autrement. La négociation était préparée et il y avait vraiment les moyens de sauver le climat plutôt que sauver la face, comme ont essayé de le faire un certain nombre de dirigeants du monde, et parmi les plus importants. C'est une vraie colère, une vraie tristesse…

 

Les dirigeants des grands pays ont échoué lamentablement. Et plutôt que d’assumer leur échec devant les pays les plus vulnérables qui n’ont pas pris part aux discussions finales, ils sont partis par la petite porte. Pas de photo de famille. Pire : ils nous font croire à un « succès » en mentant à l’opinion publique.

 

Ainsi Nicolas Sarkozy a, pendant sa conférence de presse, déclaré que l’ « Accord de Copenhague » est un « succès » car, par exemple, il deviendra juridiquement contraignant en 2010. Faux. L’ « Accord de Copenhague » ne dit rien là-dessus. Idem pour la prétendue affectation des financements pour les forêts ou l’Afrique. Quant à une Organisation Européenne de l’Environnement, elle existe déjà et s’appelle l’Agence Européenne de l’Environnement. Et les fonds nouveaux promis aux pays les plus pauvres ne sont pas garantis : l’aide pour les trois prochaines années sera allègrement prise sur l’aide au développement actuelle.

 

 

La conférence de Copenhague s’achève sur un fiasco. Le résultat est aussi désespérant que les enjeux étaient d’importance. La Chine et les États-Unis sont les coupables numéro un, mais l’Europe a péché par sa désunion et son absence de leadership. Nous avons eu la preuve éclatante durant ces jours passés que nombre de nos responsables sont en fait des docteurs Folamour.

 

Ces quinze jours de négociation n’ont pas pu déboucher sur un accord chiffré à la hauteur des enjeux. L’absence de contrainte et le non transfert tant de nouvelles technologies que de moyens financiers du Nord vers le Sud font qu’en l’état, les experts prédisent un hausse de 3,5 degrés. Le but initial de la conférence était de ne pas dépasser les 1,5 - 2 degrés celcius... 

 

La seule lueur d’espoir durant ces deux semaines est la montée en puissance des pays du sud et la réussite du Klimaforum qui réunissait les activistes altermondialistes et écologistes du Nord comme du Sud.

 

Dix ans après Seattle, le mouvement altermondialiste prend une nouvelle impulsion et une nouvelle force en intégrant pleinement le combat écologiste.

 

Face à l’échec des gouvernements occidentaux, c’est sur cette alliance entre les pays du Sud, la société civile du Nord comme du Sud, le mouvement altermondialiste et les écologistes qu’il faut aussi espérer pour répondre et agir face à la crise climatique.

 

Les Verts et les écologistes feront pression pour que lors du sommet de Bonn qui doit se tenir l’année prochaine, un accord contraignant soit enfin trouvé. Le combat continue, dans les institutions et dans les mouvements citoyens.

 

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article