RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE: 3,2 milliards d'humains manqueront d'eau en 2080

Publié le par Elus Verts de Sevran


Les experts du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) ont publié vendredi 6 avril à Bruxelles un diagnostic alarmant des impacts du réchauffement climatique.


Selon Rajendra Pachauri,
président du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (Giec), "au-delà de 2 à 3 degrés supplémentaires par rapport à 1990, le réchauffement climatique aura des impacts négatifs sur toutes les régions. D'ici 2080, ont estimé experts dans leur rapport de 1.400 pages, jusqu'à 3,2 milliards d'humains seront exposés à des pénuries d'eau sévères et 600 millions à la faim en raison des sécheresses, de la dégradation et de la salinisation des sols.

Les
principaux résultats de ce deuxième rapport du Giec

Les changements climatiques risquent de provoquer une extinction massive d'espèces dans les prochaines 60-70 années.

Stress hydrique Au cours des prochaines décennies, le nombre de personnes menacées par le stress hydrique risque de passer de quelques dizaines de millions à plusieurs milliards. Une baisse progressive de la disponibilité en eau potable en Inde et dans d'autres régions de l'Asie et de l'Afrique est prévue : les parties du monde les plus pauvres seront les plus durement touchées mais les pays riches comme l'Australie et l'Europe du Sud seront aussi en première ligne.

Le retrait des glaciers d'Asie, d'Amérique latine et d'Europe entraînera des problèmes majeurs d'approvisionnement en eau pour une large portion de la population mondiale, tandis que les populations vivant dans les zones montagneuses seront sous la menace croissante de crues subites des lacs glaciaires.

Baisse des capacités de production alimentaire

Dans les parties les plus pauvres du monde, une baisse des capacités de production alimentaire est prévue et provoquera davantage de famines et de misère. Il est probable que dans les prochaines décennies, nous assistions à une baisse de la production de blé, de maïs et de riz en Inde et en Chine. Les risques croissants de sécheresse et de stress hydriques vont probablement mener à un problème croissant de famines et de déplacement de populations en Afrique dans les prochaines décennies.

La montée des eaux

Un nombre considérable de personnes seront en danger du fait de la montée des eaux, des marées, des tempêtes et des crues dans les régions deltaïques de l'Asie comme celle du Gange-Bhramaputre (Bengladesh) et du Zhujiang (Pearl River). Un réchauffement d'un degré supplémentaire nous engagerait vers une montée du niveau des mers de plusieurs mètres au cours des prochains siècles, provoquée par la fonte partielle ou totale des calottes groenlandaises et antarctiques. Les émissions des décennies à venir pourraient engendrer et déclencher un bouleversement considérable des côtes.

En février dernier, nous avions cité sur ce blog les principaux commentaires après la publication du premier rapport des experts du Giec.

Publié dans Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article