Maïs transgénique : attention danger !

Publié le par Elus Verts de Sevran

Première scientifique : une étude prouve qu'un maïs OGM autorisé pour l'alimentation humaine provoque des « signes de toxicité »


Une étude scientifique réalisée pour Greenpeace et publiée mardi 13 mars dans la revue américaine à comité de lecture « Archives of Environmental Contamination and Toxicology » révèle que des rats nourris pendant 90 jours avec du MON863, un maïs transgénique de Monsanto autorisé depuis 2005 en Europe, présentent des « signes de toxicité » au niveau des reins et du foie.

« C'est la première fois que des recherches indépendantes, publiées dans une revue à comité de lecture, prouvent qu'un OGM autorisé à la consommation humaine présente des signes de
toxicité, affirme Arnaud Apoteker, de Greenpeace France. Il faut revenir d'urgence sur l'autorisation du MON863, d'autant que nous ne savons pas si ce maïs est présent sur le marché français et s'il est utilisé pour nourrir les animaux d'élevage ou pour produire des aliments destinés aux hommes. »

Cette affaire remet en cause l'ensemble du système d'autorisation des OGM en Europe. L'Union Européenne doit donc repasser au crible toutes les analyses sanitaires menées sur les OGM qu'elle a autorisés, à commencer par un autre maïs transgénique, le MON810, cultivé en France.

Il faut plus que jamais appliquer le principe de précaution et décréter un moratoire sur les OGM. Une telle mesure répondrait au souhait d'une écrasante majorité de Français. 86 % d'entre eux réclament une interdiction - temporaire ou définitive - des OGM, et 62 % des agriculteurs souhaitent que le prochain président de la République décrète un moratoire sur les OGM.

 

La publication dans la revue « Archives of Environmental Contamination and Toxicology » d’un article suggérant la toxicité des OGM pour le foie et les reins des rats confirme ce que les Verts s’évertuent à dire depuis des années.

L’innocuité des OGM pour la santé et l’environnement est une supercherie dangereuse. Les tests menés jusqu’à présent par les firmes elles-mêmes sont faussés par les intérêts commerciaux des semenciers.

Les Verts demandent l’arrêt immédiat de la culture d’OGM en plein champ. De même, ils demandent que soient suspendues les poursuites contre les faucheurs volontaires, car leurs actes relèvent de la salubrité publique et non pas de la délinquance.


Voir le dossier complet sur le site de Greenpeace

Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article