La publicité scandaleuse de Cristaline

Publié le par Elus Verts de Sevran

«Qui prétend que l'eau du robinet a bon goût ne doit pas en boire souvent.» Tel est le dernier slogan de la société Cristaline, qui ne fait pas dans la dentelle, pour vanter son eau en bouteille.

Cette campagne publicitaire a fait beaucoup de vagues et soulevé de nombreuses protestations, aussi bien du côté des sociétés fournissant notre eau du robinet que des associations de défense de l'environnement et des écologistes.

D'abord un petit rappel du contexte, qui montre bien que le ton de cette campagne ainsi que sa programmation ne sont pas un effet du hasard.

Le SEDIF (Syndicat des eaux d'Ile-de-France) et la société d'économie mixte Eau de Paris ont récemment beaucoup investi dans la promotion de cette eau du robinet, pour en montrer les nombreux avantages, à la fois économiques et écologiques. « L'eau du robinet est parfaitement potable, contrôlée et de qualité comparable à celle des eaux embouteillées ». Autre argument de poids pour les défenseurs de l'environnement, elle ne nécessite pas l'utilisation de bouteilles plastique qui, on le sait, sont source d'une pollution exponentielle de plus en plus difficile à contrôler. Un projet du ministère de l'écologie prévoit d'ailleurs de taxer plus lourdement l'utilisation de ces plastiques polluants dans l'industrie alimentaire.

La campagne d'affichage de Cristaline est il est vrai extrêmement choquante, à tel point que même le Bureau de vérification de la publicité (le fameux BVP) avait émis un avis défavorable, dont l'industriel n'a pas tenu compte. Certaines affiches ont été jugées insultantes par Eau de Paris, qui a décidé de répondre sur le terrain judiciaire.

Dénonçant une campagne de mauvaise foi, lorsque l'on sait que, par exemple à Saint-Nazaire, Cristaline s'alimente à la même source que l'eau du robinet, Anne Le Strat, élue Verte et présidente d'Eau de Paris ironise sur « la mise en bouteille de l'eau du robinet ».

Cette campagne qui vient juste de se terminer aura néanmoins fait des dégats dans les esprits, reste maintenant à attendre ses conséquences judiciaires et... économiques.

Publié dans Actualité

Commenter cet article