Un sursis pour les salariés de BEMA Ingénierie

Publié le par Elus Verts de Sevran

Nous vous annoncions il y a une dizaine de jours un important plan de licenciements chez Bema Ingénierie, un bureau d'études implanté à Sevran, filiale jusqu'en septembre dernier du groupe de robotique Finuchem, avant qu'elle ne soit revendue à un particulier pour 1 euro symbolique, puis placé en redressement judiciaire le 4 octobre dernier.

D'après nos informations, le Comité d'entreprise et l'union locale CGT devaient assigner la maison mère Finuchem, estimant avoir été insuffisamment informés et consultés sur la cession de la société et sur la procédure de cessation de paiement.

On apprend ce matin par « Le Parisien » que le Juge des référés du tribunal de grande instance de Bobigny a ordonné lundi dernier la suspension des mesures de licenciement qui devaient concerner 59 salariés sur les 98 postes subsistant sur le site.

Le tribunal a également ordonné la reprise de la consultation des représentants du personnel « avec la production d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) incluant le périmètre du groupe Finuchem contenant des mesures chiffrées et circonstanciées de nature à éviter les licenciements et permettre le reclassement des salariés dont le licenciement ne peut être évité ».

C'est ce que réclamaient notamment les syndicats, qui dénonçaient le désengagement un peu trop facile de la maison mère après avoir bradé Bema Ingénierie pour booster ses profits en bourse (de ce côté, la maison mère se porte très bien, merci)

Selon l'ordonnance du tribunal, Finuchem devra également « proposer des mesures de reclassement en France au sein de son groupe et participer au financement de la cellule de reclassement de la société Bema Ingénierie ».

On se prend à croire qu'il y a finalement une justice dans ce pays...

Publié dans Economique et Social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article