REACH : Le Parlement européen capitule face au lobbying de l'industrie chimique allemande

Publié le par Elus Verts de Sevran

Après huit ans de débats, les députés européens vont adopter la version définitive de la réglementation européenne Reach (acronyme anglais pour « enregistrement, évaluation et autorisation des produits chimiques ») sur les substances chimiques, en séance plénière du Parlement européen à Strasbourg, mercredi 13 décembre.

Cependant, ce texte issu d'un compromis obtenu en deuxième lecture entre le Parlement européen et le Conseil est loin d'être parfait. Il va autoriser le maintien, sur le marché et dans les produits de consommation, de substances soupçonnées de provoquer de graves problèmes de santé (cancers, malformations congénitales, désordres de la reproduction...).

Les eurodéputés Verts se déclarent très déçus, à l'image de Marie Anne Isler Béguin: "Le Parlement européen a finalement cédé au lobbying intense de l'industrie chimique allemande et s'est mis d'accord sur un compromis à la baisse avec le Conseil européen, qui limitera sérieusement les bénéfices potentiels de la réglementation REACH en termes de protection des citoyens de l'UE et de l'environnement contre les substances chimiques toxiques. Le compromis atteint le 30 novembre entre le Conseil et le Parlement européen autorise la plupart des substances dont la toxicité est très préoccupante et pour lesquelles il existe pourtant des alternatives viables".

"Si ce compromis devait être le chapitre final de cette réglementation REACH, il représenterait un jour noir pour la politique environnementale de l'UE. La révision de la législation REACH sur les substances chimiques de l'UE est en cours depuis l'année 1998 et certaines de ses dispositions ne seront appliquées que 11 ans après son entrée en vigueur ! C'est un scandale et les citoyens de l'Union européenne ont été une fois de plus dupés, car ils auront attendu presque 20 ans pour que perdurent des règles qui continuent à permettre l'utilisation de substances chimiques dangereuses dans des produits d'utilisation quotidienne, alors que des alternatives plus sûres existent."

Publié dans Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article