A propos de l'avenue Léon Jouhaux

Publié le par Elus Verts de Sevran

Ainsi donc, la réhabilitation de la piste cyclable avenue Léon Jouhaux, qui aurait coûté à la ville près de 400.000€, ne serait que le prix à payer par le maire communiste à ses alliés écologistes pour s'assurer de leur fidélité municipale! Outre qu'elle montre une profonde méconnaissance du fonctionnement de la municipalité, cette affirmation, lancée sur le ton de la boutade par des élus d'opposition désœuvrés, appelle certaines mises au point qui sont sur le fond moins anecdotiques.

Précisons tout d'abord qu'il ne s'agit pas de 400.000€, puisqu'une subvention de 125.925€ a été attribuée par le Conseil régional pour ces travaux, qui ne se limitent pas à la seule piste cyclable.

Quant à des dépenses “qui ne seraient pas la priorité des sevranais”, il est amusant de voir à quel point certains, pour vouloir critiquer à tout prix l'équipe municipale en place, peuvent se tromper sur les aspirations réelles des sevranais en matière de voirie, de sécurité et desserte des établissements scolaires.

Car l'objectif n'était pas de se faire plaisir en rénovant vaguement la piste cyclable laissée à l'abandon par le maire précédent. Les travaux réalisés ont permis une réhabilitation complète de l'avenue et sa sécurisation, avec réfection des trottoirs, création de deux “déposes minute” devant l'école Sévigné et la Villa des Fleurs, pose d'un dispositif de ralentissement sur cette artère très fréquentée, ainsi que l'aménagement d'un éclairage totalement nouveau et sécurisé.

Rappelons que chaque jour, près de 1.000 enfants et adolescents fréquentent le lycée, 600 le collège, 500 les écoles primaire et maternelle Sévigné, sans parler des pensionnaires de la Villa des Fleurs. Mais bon, ce n'est pas bien sûr la priorité des sevranais.

Au-delà des aménagements apportés à cette avenue, c'est bien du plan de circulation sur l'ensemble de la ville dont il est question. C'est aussi la problématique du transport multimodal, l'accessibilité à la gare de Sevran-Livry, le développement des transports en commun et des circulations douces. C'est encore une fois, à travers la réfection d'une rue ou d'un trottoir, la mise œuvre sur le terrain de notre conception d'un aménagement durable.

Publié dans Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fouin discrÚte 28/11/2006 13:55

Au-delà des aménagements apportés à cette avenue, c\\\'est bien du plan de circulation sur l\\\'ensemble de la ville dont il est question. C\\\'est aussi la problématique du transport multimodal, l\\\'accessibilité à la gare de Sevran-Livry, le développement des transports en commun et des circulations douces. C\\\'est encore une fois, à travers la réfection d\\\'une rue ou d\\\'un trottoir, la mise œuvre sur le terrain de notre conception d\\\'un aménagement durable.Certes, il est évident que la rénovation de la piste à vélo de l\\\'avenue Jouhaux est une réussite à plusieurs titres mais, les critiques portées par les sevranais partisans de circulation douce dans la ville c\\\'est le manque de création de nouveaux itinéraires. Dans ce domaine, la Municipalité n\\\' aps répondu à cette attente.Par ailleurs, le manque de concertation avec Livry-Gargan fait qu\\\'une idée sympathique de traversée de Livry en vélo par les rues: Collavéri, A.France, E.Zola et Maurouard et les sens interdits  en place, transforme  en épopée aux heures de pointe la remontée de l\\\'Avenue de Livry...Et là, il est aisé aux anti-pistes de dire - "vous voyez, des pistes à vélo ça fout le cirque!"