Les États-Unis s'engagent enfin contre le réchauffement climatique

Publié le par Elus Verts de Sevran

La Chambre des représentants a adopté vendredi l'ambitieux projet de loi promis par Obama...



Barack Obama, juste après le vote, par la Chambre des représentants, du projet de loi contre le réchauffement climatique, le 25 juin 2009./Kevin Lamarque / Reuters

Le président américain Barack Obama s’était fortement engagé sur le sujet pendant sa campagne, il a réussi, vendredi, à marquer un premier et important point. La Chambre des représentants a en effet adopté un vaste projet de loi de lutte contre le réchauffement climatique. Reste à le présenter au Sénat à l’automne, où l’opposition risque d’être forte.

La victoire s’est jouée à quelques voix, ce plan étant approuvé par 219 voix contre 212, soit une seule voix de plus que les 218 voix nécessaires à son adoption. Barack Obama s'était livré ces dernières heures à une course contre la montre pour tenter de convaincre les derniers parlementaires encore hésitants, et le texte a bien failli ne pas passer...

Objectif ambitieux de réduction des gaz à effet de serre

Le plan de plus de 1.200 pages vise à réduire les émissions de CO2 tout en créant des emplois verts et en diminuant la dépendance envers les sources d'énergie étrangères. L'objectif est de parvenir à une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 17% en 2020, par rapport au niveau de 2005, et de 80 % d’ici 2050.

Pour cela, le texte prévoit notamment la création d'un marché de droits d'émissions dit « cap and trade ». Dans ce système, ces droits seront soit vendus, soit accordés gratuitement pour les industries les plus vulnérables. Les revenus financeront notamment l'industrie de l'énergie propre.

Le plan prévoit également le développement des véhicules électriques et des techniques de capture de CO2. Une façon de relancer l’économie... «Ce projet de loi va créer des emplois par millions, économiser de l'argent par milliards et provoquer l'investissement dans l'énergie propre par milliers de milliards», a écrit vendredi Henry Waxman, l'un des auteurs du texte dans un communiqué après le vote.

Les représentants des États dépendants du charbon et du pétrole et ceux issus d'États producteurs d'éthanol, ont obtenu des concessions, telles que des droits d'émissions accordés gratuitement.

Un texte historique pour les écologistes

Les défenseurs de l’environnement, tout en regrettant ces concessions faites, ont largement salué l’adoption du projet de loi. «Avec ce vote historique, le Congrès a fait le premier pas vers une véritable révolution énergétique», déclare dans un communiqué Carl Pope, le directeur du Sierra Club, plus grande organisation environnementale américaine.


Obama renforcé sur la scène internationale à l'approche du sommet de Copenhague

S’il est adopté par le Sénat cet automne, ce plan aura des répercussion très importantes au niveau mondial. Les États-Unis, un des plus gros émetteur de gaz à effet de serre, se sont toujours refusés à s’engager dans des objectifs de réduction des gaz à effet de serre, comme les autres pays industrialisés. Pour Al Gore, l'ancien vice-président et co-lauréat du prix Nobel de la paix, «la prochaine étape est l'adoption par le Sénat de ce projet de loi qui va aider à restaurer le leadership de l'Amérique dans le monde et à entamer, enfin, la mise en place d'une vraie solution mondiale à la crise du climat».

Cette victoire devrait renforcer la position de Barack Obama qui se rendra en décembre à la conférence de l'ONU sur le climat à Copenhague.


Source: " 20 minutes " avec agence de presse

Publié dans Développement Durable

Commenter cet article