Le départ de l'ANPE de Sevran: faux départ ou vraie embrouille ?

Publié le par Elus Verts de Sevran

undefined Nous citions hier un article du journal Le Parisien, qui annonçait le départ de l'antenne locale de l'ANPE installée au Pôle Emploi Formation de Sevran depuis avril 2005.

voir l'article du Parisien du mardi 18 décembre

Avec Jean-François Baillon, notre maire adjoint délégué au développement économique et à la formation professionnelle, par ailleurs Président de l'association Compétences emploi, l'épine dorsale du PEF, qui suit ce dossier heure après heure, essayons d'y voir un peu plus clair dans cette affaire pour le moins confuse.


  • . A la fin de la semaine dernière, alors que cette éventualité n'avait jamais été évoquée et que, au contraire, on semblait s'acheminer vers une transformation du PEF en Maison de l'emploi, les services du secrétariat général de la mairie recevaient un courrier de la direction régionale de l'ANPE annonçant de manière tout à fait sybilline son prochain départ de Sevran.
Extrait de cette lettre datée du 6 décembre 2007: « Monsieur le Maire, Conformément à l'article VI du bail du 08/12/2003 prenant effet le 1er avril 2005, concernant les locaux cités en objet , nous vous informons de notre décision de mettre fin au bail en cours à la prochaine date anniversaire, soit le 31 mars 2008 ».
voir la lettre de l'ANPE
  • . Mis en alerte, Jean-François Baillon et le maire Stéphane Gatignon ont immédiatement essayé d'en savoir plus et ont, dès le lundi 17 décembre, alerté le Préfet de Seine-Saint-Denis sur les conséquences catastrophiques pour la ville d'une telle éventualité. Pendant que les medias, notamment France 2 et Le Parisien, commençaient à s'intéresser sérieusement au sujet, l'ANPE confirmait encore lundi soir son intention de quitter le territoire sevranais.
voir la lettre du maire au Préfet
  • . Est-ce la pression de nos élus, ou bien de la préfecture, ou encore la peur du scandale médiatique, l'ANPE revenait hier en début de soirée sur cette décision, affirmant au Parisien et à la rédaction de France 2 qu'elle souhaitait simplement « renégocier le bail » et « faire évoluer les conditions d'accueil dans le cadre de la prochaine fusion de l'ANPE et des Assedic ».
voir l'article du Parisien du mercredi 19 décembre
  • . Quoiqu'il en soit, nos élus ne relâcheront pas leur attention car ce feuilleton est loin d'être terminé. Avec 3.500 demandeurs d'emplois et 1.500 Rmistes, notre ville a fondamentalement besoin d'une structure comme le Pôle Emploi Formation qui regroupe en un seul lieu la mission locale, le service RMI, l'association Compétences Emploi et l'ANPE.

Aucun public ne doit être rejeté ou renvoyé sur une antenne « délocalisée » à Livry-Gargan ou à Villepinte pour des raisons de calcul bassement politicien.

Publié dans Actualité

Commenter cet article