CDG EXPRESS: une nouvelle et dernière enquête publique !

Publié le par Elus Verts de Sevran

Enfin la dernière ligne droite pour les promoteurs de ce projet avant la déclaration d'utilité publique, qui en permettra la validation définitive.

cdg-copie-1.jpg
Les enquêtes publiques, à la demande conjointe des préfectures de Paris, de la région Ile-de-France, de Seine-Saint-Denis et de Seine-et-Marne, se dérouleront du lundi 19 novembre au vendredi 21 décembre dans les 15 communes directement concernées par le nouveau tracé.

A Sevran, la commission d'enquête se tiendra à la disposition du public le vendredi 30 novembre entre 14 h et 17 h en mairie. N'hésitez pas à venir y exprimer votre point de vue.

Pour mémoire, voici l'essentiel des arguments que nous avançons contre ce projet depuis le début, en 2001.

Malgré les nouveaux habillages proposés à l'issue du débat public, le projet reste inacceptable. Si le tunnel a disparu (sans doute moins pour des raisons environnementales que financières), les nuisances pour les riverains n'en sont pas moins importantes.

Le cahier des charges annonce un trajet Paris-Roissy en 20 minutes à la vitesse de 160 k/h. Ces trains devant emprunter les voies réservées jusqu'alors aux trains de marchandises, on n'ose imaginer le bruit et les vibrations provoqués par ces bolides toutes les 15 minutes en plein coeur de nos villes !

Sur le fond, ce projet est toujours aussi inacceptable:

. Pourquoi une liaison dédiée, qui ne servira qu'à quelques privilégiés, hommes d'affaires et touristes fortunés, au détriment des riverains qui en subiront toutes les nuisances ? Une ligne Paris-Roissy existe déjà, c'est la ligne B du RER, qui offre même des trains directs réservés aux passagers de l'aéroport.

. Un investissement annoncé de plus de 650 millions d'euros, approchant officieusement 1 milliard, qui serait soit disant financé par les recettes à venir. En attendant, c'est bien sur les fonds publics que sera prélevée cette somme. Et si, comme tout le laisse prévoir, la rentabilité n'est pas au rendez-vous, c'est encore le contribuable qui devra mettre la main à la poche, comme l'expérience d'Orlyval l'a montré.

. Est-il réellement si urgent d'investir de telles sommes dans un projet élitiste, alors que la Région Ile-de-France et le STIF peinent à trouver les fonds nécessaires à l'amélioration tant attendue de la ligne B du RER ?

. Ce projet instaure une ségrégation dans les transports en commun: les riches dans le CDG Express, le peuple dans le RER, pour ne pas « ternir le rayonnement international de Paris et de l'Ile-de-France » (extrait de la présentation du GIE CDG Express en novembre 2005).

Les résultats de la concertation préalable l'ont montré: une écrasante majorité de citoyens et la plupart des élus des communes concernées considèrent que personne n'a réellement besoin de cette nouvelle liaison. Par contre, les centaines de millions d'euros qui devraient être engagés seraient bien mieux utilisés pour la rénovation et l'amélioration de la ligne B du RER, qui elle est une vraie urgence.

Publié dans Actualité

Commenter cet article