Mesurez votre impact sur la planète grâce au bilan carbone

Publié le par Elus Verts de Sevran

Bilan-copie-1.jpg
Il y a plusieurs mois de cela, nous vous avions expliqué comment calculer son empreinte écologique (l'impact d'une activité sur son écosystème) avec plusieurs liens vers des sites spécialisés comme le WWF ou la Cité des sciences.

Nous avions également évoqué le concept très peu en vogue à l'époque, du "bilan carbone".


Est-ce l'effet Hulot, l'effet Sarko, l'effet grenelle de l'environnement, ou tout simplement le long travail historique des Verts qui commence à porter ses fruits, toujours est-il que le bilan carbone semble devenir très à la mode et même pour certains un argument de vente, comme le montre cet excellent article dans Le Parisien d'aujourd'hui.

Deux nouveaux outils, des « écocalculateurs », viennent de voir le jour sur Internet. Ils permettent de mesurer la quantité de gaz à effet de serre que nous émettons dans nos activités quotidiennes.

LE RÉCENT GRENELLE de l'environnement l'a rappelé, la plupart des activités humaines produisent des gaz à effet de serre, qui contribuent au réchauffement de la planète. Nos chauffages, usines, voitures, avions, bref tout ce qui utilise des énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon), émettent du gaz carbonique (CO2), davantage que ce que la nature peut recycler. Le CO2, ou l'un de ses composants, le carbone, sont d'ailleurs devenus les deux étalons de mesure de la pression écologique que nous faisons peser sur la planète.

Il est aujourd'hui possible de mesurer sur Internet la quantité de gaz carbonique ou de carbone que nous émettons. En France, le premier calculateur d'empreinte écologique a vu le jour en 2004 grâce au WWF (Fonds mondial pour la nature). Puis, au début de cette année, Voyages-SNCF a lancé le sien, déclenchant une belle polémique avec Air France, appréciant peu que l'on présente l'avion comme trente à quarante fois plus polluant que le train.

Simple et instructif

De ce fait, la compagnie aérienne a mis en ligne son propre système de calcul carbone. Mieux, elle a annoncé la semaine dernière que ses usagers pourraient bientôt compenser leurs émissions grâce à un accord signé avec Good Planet, l'association du photographe écologiste Yann Arthus-Bertrand. « La compensation est proposée sur la base de 15 € la tonne de CO2, explique le transporteur. Les passagers sont néanmoins libres de choisir le montant de leur don... »

Effet de mode ou vraie révolution écologique en marche, deux nouveaux sites sympas, compréhensibles de tous, viennent en outre de voir le jour. Le premier est dû à l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie). Son module « citoyen climat » (1) comprend une « calculette écodéplacement » qui effectue d'intéressants comparatifs. Ainsi un citadin qui prend quotidiennement sa voiture pour se rendre à son travail situé à 12 km de son domicile (soit 24 km aller-retour) rejette 1 555,54 kg de CO 2 dans l'atmosphère par an, alors qu'il n'en émettrait que 119,28 s'il prenait le métro. Le site signale au passage que le véhicule revient à 2 484 € par an, contre 310 € pour le métro... Autre instrument de l'Ademe, le « calculateur carbone » prend lui en compte non seulement les transports mais aussi l'intégralité du mode de vie d'une personne : car un végétarien se révèle moins producteur de gaz à effet de serre qu'un amateur de viande, tout comme un amoureux de la Côte d'Azur par rapport à un touriste qui passe ses vacances au bout du monde...

Il n'empêche que les transports restent de gros responsables du réchauffement climatique, en étant à l'origine d'un quart des gaz à effet de serre. La part de l'avion reste minime, mais ne cesse de monter en flèche. « Depuis 1990, les émissions de l'aviation ont progressé de 59 % avec l'explosion du trafic international », rappelle la DGAC (Direction générale de l'aviation civile). Cette dernière vient donc de lancer son propre calculateur (2). Là encore, l'internaute découvre un outil simple à manier et instructif. Un Paris-New York représente 1 050 kg de CO2 par personne répandus dans l'atmosphère, soit ce que votre chauffage relâche en un an !

(1) www.ademe.fr/citoyen-climat
(2) www.aviation-civile.gouv.fr

Source: Michel Valentin - Le Parisien , vendredi 02 novembre 2007

Publié dans Développement Durable

Commenter cet article