Assemblée Nationale: Constitution d'un groupe PC-Verts-Divers gauche

Publié le par Elus Verts de Sevran

Les députés communistes et apparentés, les députés Verts et deux élus d'Outre-mer ont formé mardi à l'Assemblée un groupe technique sous l'appellation de « Gauche démocratique et républicaine ».

Ce groupe comptera au total 23 membres et « permet que chacun soit libre de sa parole politique mais on met en commun nos moyens », a déclaré Yves Cochet à l'issue de la réunion de constitution du groupe. « Donc on est représentés, on a une visibilité intéressante à l'Assemblée. Je crois que c'est une bonne chose qu'il y ait une diversité de l'opposition », a ajouté le député de Paris.

Un 24e membre, le dissident communiste Maxime Gremetz, pourrait rejoindre le groupe. Les huit radicaux de gauche ont pour leur part décidé finalement de s'apparenter au groupe socialiste.

Certains, et ils sont même nombreux parmi les militants et les sympathisants des Verts, s'étonnent de cette alliance et s'interrogent sur la cohérence politique d'un tel accord. Il nous faut donc préciser que la constitution de ce groupe se justifie uniquement par des considérations matérielles et ne sous-entend aucun accord politique.

Un groupe parlementaire à l'Assemblée nationale permet de bénéficier de facilités, notamment financières et organisationnelles, ainsi que d'un temps de parole.

Rappellons que, déjà en 1997, un groupe parlementaire rassemblait Verts, MDC, PRG et divers gauche, sans que pour autant aucun d'entre eux n'ait renoncé à sa propre identité ni à ses différences. De la même manière, dans de nombreuses municipalités, par exemple en Seine-Saint-Denis, les élus Verts, socialistes et communistes forment des alliances qui leur permettent de gérer ensemble des exécutifs, alors que sur de nombreux points, leur philosophie politique est différente.

Dominique Voynet ajoute quant à elle que « quand on n'a pas les moyens, effectivement, de faire un groupe parlementaire, le fait de mettre en commun ses moyens pour permettre et aux communistes, et aux Verts, d'exister n'est pas scandaleux. L'accord politique n'existe pas pour autant
», a-t-elle précisé.


Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article